Leçons pour nouveaux croyants de Watchman NEE, extraits

RÉSISTER AU DIABLE

 


Références bibliques : Jacques 4.7 ; 1 Pierre 5.8-9 ; 2 Cor. 2.11

Le diable est aussi connu sous le nom de Satan (Ap 12.9). À l'origine il était un chérubin, créé par Dieu (Éz 28.12-14), et il était un archange (Ap 12.7 ; Mt 25.41). Par la suite, il s'est rebellé contre Dieu en s'élevant à la position de Dieu. À cause de cela, Dieu l'a jugé (És 14.12-15 ; Éz 28.15-19) et il est devenu Satan, l'adversaire de Dieu. Dans le texte original, le mot Satan signifie « un opposant, un adversaire ». Le diable s'oppose à tout ce que fait Dieu. En plus de cela, il est toujours en opposition avec les enfants de Dieu.

Nous voulons regarder ensemble la façon dont le diable s'attaque aux enfants de Dieu et la façon dont ils lui résistent.


I. L'ŒUVRE DU DIABLE

Nous allons étudier l'œuvre de Satan dans quatre domaines.
A. L'œuvre de Satan dans l'esprit humain

Deux Corinthiens 10.4-5 nous dit : « Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles ; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s'élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l'obéissance de Christ. » Cela nous montre que Satan utilise toute chose qui s'élève comme une forteresse pour environner la pensée de l'homme. Pour que le Seigneur puisse nous atteindre, il est nécessaire qu'Il renverse tout d'abord les forteresses de Satan. Il doit faire cela avant de pouvoir pénétrer dans la pensée de l'homme et la rendre captive.
1. Les raisonnements et les tentations de Satan

Que sont les raisonnements ? En grec, ce mot peut être traduit par « imagination » ou « pensée ». Satan nous environne souvent avec de nombreuses imaginations. Les hommes sont stupides, ils pensent que ces pensées sont les leurs. En réalité, ce sont les forteresses de Satan et elles empêchent l'esprit humain de se soumettre à Christ. Souvent, Satan injecte une certaine imagination dans notre esprit. Si nous pensons que cette imagination vient de nous-mêmes, nous tombons dans son piège. Souvent des pensées se développent qui n'ont aucune base dans la réalité ; ce ne sont que des imaginations. Beaucoup de prétendus péchés sont de nature imaginaire ; ils n'ont aucune base dans la réalité. Souvent Satan injecte une pensée folle dans notre esprit, et nous sommes complètement inconscients de ce qu'il a fait. Quand il injecte une pensée soudaine dans notre esprit et que nous l'acceptons, nous acceptons son œuvre. Si nous rejetons cette pensée, nous rejetons son œuvre. Beaucoup de pensées ne sont pas les nôtres, elles sont en réalité concoctées par Satan. Nous devons apprendre à rejeter les pensées de Satan.

La plupart des tentations de Satan agissent par l'intelligence humaine. Satan sait très bien que les enfants de Dieu se lèveront et lui résisteront violemment s'il les attaque ouvertement. C'est pour cette raison qu'il nous tente en s'approchant furtivement de nous et en plantant une pensée dans notre esprit sans que nous le sachions. Une fois que la pensée est en nous, nous commençons à y réfléchir. Si, en demeurant sur une telle pensée, nous commençons à penser qu'elle est bonne et justifiée, nous sommes tombés dans son piège. La pensée que nous avons acceptée est la tentation de Satan. Si nous rejetons les attaques de Satan dans notre esprit, nous fermons l'entrée la plus vulnérable à ses tentations.

Beaucoup de problèmes parmi les enfants de Dieu sont des problèmes dans l'esprit, ce ne sont pas de vrais problèmes. Parfois, quand vous rencontrez un frère ou une sœur, vous avez peut-être le sentiment qu'il ou elle a un problème avec vous ou qu'il existe une distance entre vous. Cela peut avoir comme résultat de dresser une barrière entre vous. En réalité, il n'y a rien entre vous. Ce prétendu problème n'est rien d'autre que l'attaque de Satan dans votre esprit ou dans l'esprit de votre frère ou de votre sœur. De tels problèmes sont des problèmes inutiles. Les enfants de Dieu doivent apprendre à rejeter les pensées et les sentiments soudains. Ils doivent apprendre à ne jamais céder à Satan.

Ici, nous devons exprimer un avertissement. Nous ne devons pas trop nous inquiéter au sujet des pensées venant de Satan. Certaines personnes tombent dans l'extrême et ne font pas du tout attention aux pensées de Satan. À l'inverse, d'autres accordent trop d'importance aux pensées de Satan. Une personne peut facilement être trompée si elle n'est pas vigilante en ce qui concerne les pensées de Satan. Mais une personne peut également perdre sa santé mentale si elle est constamment obsédée par les pensées de Satan. Si une personne accorde trop d'attention aux tentations de Satan, son esprit sera troublé et elle tombera d'autant plus facilement dans les pièges de Satan. Dès qu'une personne détourne les yeux du Seigneur, elle commencera à expérimenter des problèmes. D'un côté, il est important de savoir qu'il arrive à Satan d'attaquer notre intelligence. D'un autre côté, nous devons réaliser que dès que nous rejetons ses attaques, elles disparaissent. Si une personne a besoin de résister à Satan jour et nuit, il y a quelque chose qui ne va pas dans sa tête ; elle n'est pas sur le bon chemin. D'un côté, nous devons être au courant de ses ruses, car si nous les ignorons, nous serons trompés. Mais d'un autre côté, nous ne devons pas être trop inquiets à ce sujet car cela même nous conduira dans l'erreur. Dès que nos yeux sont sur lui, il a atteint son but. Cette distraction nous rendra inutile, et nous deviendrons obsédés par ses pensées jour et nuit. Tout frère ou toute sœur qui est trop inquiet concernant ce sujet est déjà tombé dans le piège. Nous devons apprendre à maintenir un équilibre sain. Une attention excessive n'est pas bonne. Si une personne est constamment inquiète concernant les pensées de Satan, elle donne en réalité à Satan l'occasion d'agir en elle. Nous ne devons jamais tomber dans l'extrême.
2. Comment rejeter les pensées de Satan

Comment devons-nous rejeter les pensées de Satan ? Il est très facile de rejeter ces pensées. Dieu nous a donné notre esprit, qui est à nous, pas à Satan. Nous sommes les seuls à pouvoir nous en servir ; Satan n'a aucune autorité sur notre intelligence. Tout ce que nous devons faire, c'est de ne pas lui permettre de penser à notre place. Satan peut usurper notre esprit par la ruse. Il nous donnera une pensée et nous pouvons penser qu'elle vient de nous. En réalité, elle vient de Satan. Dès que nous reconnaissons qu'elle n'est pas à nous, nous avons vaincu.

Satan tente et attaque toujours une personne par des moyens furtifs, discrets et voilés. Il ne crie pas : « Attention, me voilà ! » Au contraire, il nous trompe par la fausseté et le mensonge. Il ne nous dit pas qu'il est celui qui est à l'origine de la pensée. Une fois que nous sommes conscients qu'il s'agit d'une attaque de Satan et que nous le dénonçons, lui et sa ruse, il nous sera facile de lui résister. Le Seigneur Jésus a dit : « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jn 8.32). La vérité, c'est la réalité. Nous serons libérés quand nous connaîtrons la réalité. La puissance de Satan est dans ses mensonges ; quand ses mensonges sont dévoilés, il n'a plus de puissance. Ainsi, dès que nous savons que Satan nous attaque, et que c'est la réalité, nous sommes libérés de sa puissance. Certains enfants de Dieu disent avec leur bouche que Satan est l'instigateur à l'origine de telle ou telle chose, mais leur esprit n'a aucune assurance que ces choses viennent réellement de Satan. Même s'ils disent qu'ils résistent à Satan, ils ne connaissent pas la réalité de l'œuvre de Satan. Par conséquent, ils ne peuvent pas lui résister. Cependant, dès qu'ils détectent l'œuvre de Satan, ils peuvent lui résister et dès qu'ils lui résistent, l'adversaire s'enfuit.

Satan attaque notre esprit essentiellement par le moyen de la séduction. Il nous incite à penser que ses pensées sont les nôtres, même si en réalité, ce sont les siennes. Une fois que nous dénonçons ses mensonges, nous rejetons la pensée qui vient de lui. Résister signifie refuser. Quand Satan nous donne une pensée, nous devons dire : « Je n'en veux pas. » Voilà ce que signifie résister. Quand il injecte une pensée dans notre esprit, nous devons dire : « Je ne prends pas cette pensée. » Quand il injecte une nouvelle pensée, nous devons répéter : « Je ne l'accepte pas. » Si nous faisons cela, il ne pourra rien faire contre nous. Un serviteur de Dieu vivant au Moyen Âge a dit : « Vous ne pouvez pas empêcher les oiseaux de voler au-dessus de votre tête, mais vous pouvez les empêcher de faire leur nid dans vos cheveux. » C'est une bonne parole. Nous ne pouvons pas empêcher Satan de nous tenter. Cependant, nous pouvons l'empêcher de faire son nid en nous. Nous avons cette puissance. Si nous rejetons les pensées qui entrent dans notre esprit, ces pensées s'arrêteront.

Du côté positif, nous avons besoin d'exercer notre esprit. Beaucoup de personnes ont un esprit paresseux. Cela facilite beaucoup le travail de Satan et lui permet de leur souffler des pensées. Philippiens 4.8 nous dit : « Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l'approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l'objet de vos pensées. » Nous devons penser aux choses spirituelles. Nous devons exercer notre esprit à penser aux choses spirituelles. Si une personne n'entretient que des pensées immorales, Satan peut facilement injecter en lui ses pensées, parce que ses pensées et les pensées de Satan ne sont pas bien différentes. Mais si nous plaçons nos pensées sur les choses spirituelles, il sera difficile à Satan d'injecter ses pensées en nous. Satan peut injecter ses pensées dans beaucoup de personnes parce qu'elles sont passives, parce qu'elles ont trop de temps libre, ou parce qu'à l'origine leurs pensées sont souillées.

Il y a un autre point qui mérite qu'on s'y attarde : notre esprit ne doit pas être attiré par les pensées sataniques. L'esprit de beaucoup de personnes est attiré par des pensées sataniques. Elles n'éprouvent aucun intérêt dans les merveilleuses expériences spirituelles d'autres frères. Et pourtant elles montrent beaucoup d'intérêt lorsqu'il est question de bavardages ou de commérages. Puisqu'elles aiment l'œuvre de Satan, elles ne peuvent pas rejeter les pensées sataniques. Nous devons haïr l'œuvre du diable afin de pouvoir rejeter ses pensées. Toutes les pensées impures qui nuisent à notre communion avec le Seigneur et notre amour pour le Seigneur viennent de Satan. Ces pensées ne nous viendront pas si nous ne sommes pas attirés vers elles au départ. Mais si nous inclinons nos cœurs envers ces choses, elles viendront vers nous tout naturellement. Ainsi, nous devons apprendre à rejeter tout ce qui nous vient de Satan.

Nous devons veiller attentivement à rejeter les pensées impures. Satan place toujours des pensées impures dans un homme pour le faire tomber dans le péché. Le point de départ est la pensée impure. Si nous lui permettons de continuer, elle portera le fruit du péché. Ainsi, nous devons refuser toute pensée qui nous vient de Satan.

Il y a cependant un grand problème : que faire si la pensée refuse de partir quand nous la rejetons ? Nous devons réaliser que nous n'avons besoin de rejeter les pensées indésirables qu'une seule fois. Nous ne devons résister qu'une seule fois, jamais deux. Jacques 4.7 nous dit : « Résistez au diable et il fuira loin de vous. » Ce verset nous dit que si nous résistons au diable, il fuira. Nous devons croire que quand nous résistons au diable, il fuit. Il n'est pas bon de continuer de résister, de peur que le diable soit encore là. Quelle parole croyons-nous ? La Bible nous dit : « Résistez... il fuira. » Si une voix à l'intérieur de nous nous dit qu'il ne s'est pas enfui, à qui appartient-elle ? À Satan ! Beaucoup de personnes choisissent de croire la parole de Satan. C'est pourquoi elles sont vaincues. Nous devons déclarer, après lui avoir résisté : « J'ai résisté au diable. Il m'a donc quitté. » Le sentiment qu'il est encore près de nous est un mensonge ; ce n'est pas vrai, et cela ne vient pas du Seigneur. Il doit fuir. Il n'a aucun terrain pour rester. Nous devons voir clairement qu'il est bon de résister une fois, mais pas deux fois. La première fois, cela glorifie le nom de Dieu. La deuxième fois met en question la parole de Dieu.

Beaucoup de gens font l'erreur de consulter leurs sentiments après avoir résisté au diable. Ils demandent : « Le diable est-il parti ? » Leurs sentiments indiquent qu'il n'est pas parti, et donc ils essayent de lui résister à nouveau. Une fois qu'il y a une seconde résistance, vous pouvez être sûr qu'il y en aura une troisième, une quatrième et même une centième et une millième. À la fin, nous aurons le sentiment d'être complètement incapables de résister. Mais si nous l'ignorons complètement après avoir rejeté la tentation une fois, nous expérimenterons la victoire. Nous devons prêter attention à la Parole de Dieu plutôt qu'à nos propres sentiments. Le fait est que dès le moment où nous avons résisté au diable, il fuit loin de nous. Si nous pensons que même lorsque nous lui avons résisté, il ne s'est pas enfui, alors nous sommes trompés par nos propres sentiments. Si nous croyons ces sentiments, le diable reviendra. Nous devons apprendre à croire les paroles glorieuses de Dieu. Lorsque nous lui avons résisté une fois, il n'y a aucune raison de lui résister une seconde fois, parce que l'affaire est déjà réglée.

Ces questions sont en rapport avec l'œuvre de Satan dans l'esprit de l'homme. Nous devons réaliser que Satan attaque l'esprit de l'homme. Nous devons rejeter toute pensée qui vient de Satan. En même temps, nous devons réaliser qu'une fois que nous avons rejeté ses pensées, l'affaire est réglée. De plus, nous ne devons pas accorder trop d'attention à ses attaques. Sinon, notre esprit se retrouvera dans la confusion et nous tomberons dans le piège du diable.
B. L'œuvre de Satan sur le corps de l'homme

La Bible nous montre clairement que beaucoup de maladies physiques sont le résultat de l'attaque de Satan.

La fièvre de la belle-mère de Pierre était une attaque de Satan et le Seigneur Jésus a réprimandé la fièvre (Lc 4.39). Une chose doit avoir une personnalité, pour que l'on puisse la réprimander. Nous ne pouvons pas réprimander une tasse ou une chaise, nous ne pouvons que réprimander une chose qui possède une personnalité. La fièvre est un symptôme, le Seigneur ne pouvait pas réprimander un symptôme. Mais Satan était derrière le symptôme avec sa personnalité propre. Ainsi, dès que le Seigneur a réprimandé la fièvre, elle a disparu.

Dans Marc 9, nous voyons un enfant sourd-muet. Aux yeux de l'homme, ces affections sont des maladies. Mais le Seigneur Jésus menaça l'esprit impur en disant : « Esprit muet et sourd, je te l'ordonne, sors de cet enfant, et n'y entre plus » (v. 25). La surdité et la mutité de l'enfant étaient des symptômes extérieurs de possession démoniaque ; ce n'était pas des maladies ordinaires. Nous devons réaliser que beaucoup d'affections sont de réelles maladies. Mais d'autres sont des attaques du diable. La Bible ne dit pas que le Seigneur a guéri la maladie, mais qu'Il l'a menacée. Les ulcères sur le corps de Job ne pouvaient pas être guéris par des médicaments. Il ne s'agissait pas d'une maladie classique, mais d'attaques du diable. Si nous ne nous occupons pas d'abord du diable, nous n'avons aucune façon de faire face à ces maladies.

Il est évident que les maladies se produisent souvent suite à la négligence de certaines lois naturelles de l'homme. Cependant, elles peuvent fréquemment être le résultat des attaques de Satan. Dans de tels cas, il suffit de demander au Seigneur de réprimander la maladie et elle disparaîtra. En général, ce type de maladie apparaît rapidement et disparaît tout aussi vite. Il s'agit d'une attaque de Satan plutôt que d'une maladie classique.

La difficulté est que Satan ne veut pas que nous découvrions les maladies qu'il a causées. Il se cache toujours derrière des symptômes naturels et essaie de nous faire croire que toutes les maladies ont des causes naturelles. Une fois que nous avons dénoncé son œuvre et que nous l'avons réprimandé, la maladie disparaîtra. Un certain chrétien avait une très forte fièvre et souffrait énormément. Il ne pouvait pas s'endormir et ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Plus tard, il fut convaincu qu'il s'agissait de l'œuvre du diable. Il pria le Seigneur à ce sujet, et le lendemain la fièvre avait disparu.

Quand un chrétien tombe malade, il devrait tout d'abord trouver la cause de sa maladie. Il devrait demander : y a-t-il une raison valable à cette maladie ? S'agit-il de causes naturelles ou de l'attaque de Satan ? S'il n'existe aucune bonne raison à la maladie et que vous vous apercevez qu'il s'agit d'une attaque de Satan, vous devez lui résister et rejeter la maladie.

L'œuvre de Satan sur le corps de l'homme a pour résultat non seulement la maladie, mais aussi la mort. Satan était un meurtrier dès l'origine, de la même façon qu'il était un menteur dès l'origine (Jn 8.44). Nous devrions refuser non seulement les maladies que Satan cause mais aussi la mort dont il est à l'origine. Toute pensée de mort vient de Satan. Toute notion que la mort est une façon d'échapper à quelque chose vient aussi de Satan. Satan a incité Job à penser à la mort. Il n'a pas fait cela uniquement à Job, mais il le fait aussi à tout enfant de Dieu. Toutes notions de suicide, toute pulsion de mort ou toute mort prématurée sont des tentations de Satan. Il tente l'homme de pécher, mais aussi de mourir. Même les pensées de danger pendant le voyage sont des attaques de Satan. Nous devons rejeter ces pensées dès qu'elles surviennent, et ne pas leur permettre de rester en nous.
C. L'œuvre de Satan sur la conscience de l'homme

Apocalypse 12.10 nous dit : « L'accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit. » Nous voyons par là qu'une partie de l'œuvre du diable est de nous accuser. Ce travail est fait dans la conscience de l'homme. Dès qu'une personne est sauvée, sa conscience est revitalisée et elle commence à reconnaître le péché. Satan le sait bien. Il sait que le Saint-Esprit touche la conscience de l'homme par rapport au péché. Il sait qu'Il les mène vers la confession et la prière de repentance devant Dieu. Par conséquent, Satan intervient pour imiter l'œuvre du Saint-Esprit. Il accuse l'homme dans sa conscience. De telles attaques sont fréquentes parmi les enfants de Dieu et causent beaucoup de dégâts.

Beaucoup d'enfants de Dieu ne savent pas différencier le reproche du Saint-Esprit de l'accusation de Satan. Par conséquent, ils hésitent à résister à quoi que ce soit, ce qui donne à Satan d'autant plus de possibilités de continuer ses accusations. Beaucoup d'enfants de Dieu auraient pu être très utiles dans les mains de Dieu, mais leur conscience a été affaiblie à l'extrême par les attaques de Satan. Ils sont constamment bombardés par les accusations et le sentiment qu'ils ont péché dans tel ou tel domaine. Ils sont incapables de se tenir devant Dieu ou devant les hommes. Par conséquent, ils deviennent spirituellement handicapés pendant le reste de leur vie.

Il est vrai que nous devons être très attentifs, en tant que chrétiens, aux reproches du Saint-Esprit. Nous devons cependant apprendre à résister aux accusations de Satan. Nous devons faire très attention de bien distinguer entre le reproche du Saint-Esprit et les accusations de Satan. Beaucoup de prétendus reproches sont des contrefaçons ; ce sont en réalité des accusations de Satan.
1. La différence entre les accusations de Satan
et le reproche du Saint-Esprit

Quelle est la différence entre les accusations de Satan et le reproche du Saint-Esprit ? Nous devons bien distinguer entre ces deux choses.

Tout d'abord, tous les reproches du Saint-Esprit débutent par un tout petit sentiment intérieur. Ce sentiment intérieur devient de plus en plus fort et nous convainc de nos erreurs. Les accusations de Satan, par contre, sont un harcèlement continuel. Le reproche du Saint-Esprit devient de plus en plus fort avec le temps, tandis que les accusations de Satan sont toujours identiques du début à la fin. Plus le temps passe, plus la sensation intérieure de l'Esprit s'accentue ; mais l'accusation de Satan est un harcèlement constant et embrouillé qui demeure inchangé du début à la fin.

Deuxièmement, à chaque fois que nous nous soumettons au reproche du Saint-Esprit, nous nous apercevons que le pouvoir du péché diminue en nous. Chaque reproche du Saint-Esprit diminue un petit peu le pouvoir du péché. Tout reproche du Saint-Esprit a donc pour résultat d'affaiblir le pouvoir du péché ; il résulte dans une diminution du péché. Cela n'est pas le cas des accusations de Satan. Chaque fois qu'il nous accuse, nous voyons que le péché est tout aussi puissant qu'auparavant.

Troisièmement, le reproche du Saint-Esprit nous amène vers le Seigneur, alors que les accusations de Satan nous amènent vers le découragement. Plus le Saint-Esprit nous réprimande, plus nous recevons de puissance pour traiter notre problème devant le Seigneur. Mais les accusations de Satan nous apportent le désespoir et la résignation. Le reproche du Saint-Esprit nous incite à nous tenir devant le Seigneur et à nous confier en Lui. Les accusations de Satan ont pour effet le retour sur nous-mêmes et le découragement.

Quatrièmement, s'il s'agit du reproche du Saint-Esprit, il en résultera une repentance devant le Seigneur. Cette confession produira la paix, sinon la joie. Il n'y aura pas toujours la joie, mais il y aura toujours la paix. Les accusations de Satan sont cependant totalement différentes. Il n'y a aucune joie, ni aucune paix, même quand nous avons confessé nos péchés. C'est comme à l'issue d'une maladie grave, ou à la fin d'une représentation théâtrale - après le dernier acte, rien ne reste. Le reproche du Saint-Esprit a un résultat - la paix, sinon la joie. Les accusations de Satan, par contre, ne nous mènent nulle part.

Cinquièmement, le reproche du Saint-Esprit nous rappelle le sang du Seigneur. Lorsque Satan nous accuse, il injecte toujours cette pensée : « Cela ne sert pas à grand chose. Peut-être que le Seigneur ne te pardonnera pas. » Cette pensée surgira même si nous savons que nous possédons le sang. En d'autres termes, le reproche du Saint-Esprit nous conduit à la foi dans le sang du Seigneur, alors que les accusations de Satan ont pour effet de nous faire perdre notre foi dans le sang du Seigneur. Lorsqu'un certain sentiment surgit, vérifiez simplement s'il vous rappelle le sang du Seigneur, ou s'il vous en éloigne. Cela vous permettra de savoir si le sentiment provient du reproche du Saint-Esprit ou des accusations de Satan.

Sixièmement, le résultat du reproche du Saint-Esprit est la puissance venant de Dieu ; nous nous relevons et nous courons plus vite qu'avant. Nous avançons avant un zèle renouvelé, nous abandonnons notre confiance en nous-même et nous avons plus de foi en Dieu. Par contre, le résultat des accusations de Satan est la démoralisation de la conscience. La conscience de telles personnes est frappée devant Dieu. Elles n'ont aucune foi en elles-mêmes, mais elles n'ont pas davantage de foi en Dieu. Il est vrai que le reproche du Saint-Esprit nous ôte notre propre force et notre confiance en nous-mêmes. Mais simultanément, il nous amène à avoir plus de foi en Dieu. Les accusations de Satan ne sont pas comme cela. Elles enlèvent notre confiance en nous-mêmes, ainsi que notre foi en Dieu. Le résultat est que nous devenons des personnes démoralisées.
2. Comment surmonter les accusations de Satan

Apocalypse 12.11 nous dit : « Ils (les frères) l'ont vaincu à cause du sang de l'Agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort. » Il est question ici de Satan, qui accusait les frères. Comment devons-nous faire pour le vaincre ?

Tout d'abord, nous vainquons par le sang de l'Agneau. D'un côté, lorsque nous péchons devant le Seigneur, nous devons confesser nos péchés. D'un autre côté, nous devons dire à Satan : « Cela ne sert à rien que tu m'accuses ! Je viens devant le Seigneur aujourd'hui par le sang du Seigneur ! » Pour vaincre Satan, nous devons lui montrer que le sang de l'Agneau nous a pardonné. Tous nos péchés, grands ou petits, ont été pardonnés par le sang de l'Agneau. Voici la Parole de Dieu : « Le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché » (1 Jn 1.7).

Nous devons réaliser que le sang de l'Agneau est la base de notre pardon devant Dieu ainsi que la base de notre acceptation en Lui. Nous ne devons pas être prétentieux au point de penser que nous sommes bons. Nous ne devons pas non plus être stupides au point de nous condamner nous-mêmes du matin au soir. Il est idiot d'être fier, et il est également idiot de se regarder constamment. Ceux qui se considèrent comme bons sont stupides, et ceux qui sont aveugles à la puissance rédemptrice du Seigneur le sont également. Ceux qui se confient dans leur propre puissance sont stupides, et ceux qui ne croient pas en la puissance du Seigneur le sont tout autant. Nous devons voir que le sang de l'Agneau a déjà satisfait à toutes les demandes de Dieu. Il a aussi surmonté toutes les accusations de Satan.

Deuxièmement, nous surmontons à cause de la parole de notre témoignage. Cette parole de notre témoignage déclare les faits spirituels, elle déclare la victoire du Seigneur. Nous devons dire à Satan : « Il ne sert à rien que tu m'ennuies ! Mes péchés ont été pardonnés par le sang du Seigneur ! » Nous devons exercer notre foi pour déclarer que Jésus est Seigneur et qu'Il a remporté la victoire. Nous devons prononcer la parole de notre témoignage et laisser Satan entendre cette parole. Nous devons non seulement croire dans notre cœur, mais aussi le déclarer à Satan avec notre bouche. C'est cela, la parole de notre témoignage.

Troisièmement, nous ne devons pas aimer notre vie jusqu'à craindre la mort. « Le sang de l'Agneau » et « la parole de leur témoignage » dont nous avons déjà parlé sont deux conditions pour remporter la victoire sur Satan. Le refus d'aimer notre propre vie jusqu'à craindre la mort, c'est une attitude. Quelle que soit la chose que Satan essaie de nous faire, même s'il nous met à mort, notre attitude doit toujours être une attitude de confiance dans le sang de l'Agneau et d'affirmation de Sa victoire. Les accusations de Satan cesseront si nous nous tenons fermes de cette manière. Il ne peut pas triompher de nous. C'est plutôt nous qui triompherons de lui !

Certains frères et certaines sœurs reçoivent tellement d'accusations de la part de Satan qu'ils ne parviennent plus à discerner s'il s'agit de l'accusation de Satan ou du reproche du Saint-Esprit. Ces personnes devraient cesser pendant un temps de confesser leurs péchés ; le Seigneur ne souhaite pas que nous fassions les choses bêtement. Elles devraient plutôt prier le Seigneur ainsi : « Si j'ai péché, je Te confesserai mes péchés et je Te demanderai Ton pardon. Mais en ce moment, je suis sous les accusations de Satan. Je Te demande de couvrir tous mes péchés. À partir de maintenant, tout est sous Ton sang, et je ne permettrai à rien de me tracasser, que ce soit un péché, ou autre chose ! » Ceux qui sont dans cette condition doivent tout oublier pendant un certain temps, en attendant de pouvoir faire clairement la différence entre les accusations de Satan et le reproche du Saint-Esprit.
3. Comment aider ceux qui sont sous les accusations de Satan

Nous ne devons jamais rajouter un fardeau sur la conscience de ceux qui sont sous les accusations de Satan. Nous devrions commencer par les aider à faire uniquement ce qui est en leur pouvoir. Si nous leur demandons de faire ce qui est en dehors de leur pouvoir, ils tomberont facilement dans la condamnation. Nous devons nous assurer qu'ils ont suffisamment de force devant le Seigneur pour continuer, avant de leur offrir des conseils plus difficiles ou de les exhorter à aller de l'avant. Deuxièmement, là où nous détectons clairement l'œuvre du Saint-Esprit, nous pouvons monter un peu le niveau, car par l'œuvre de l'Esprit du Seigneur, la Parole de Dieu a le pouvoir d'augmenter la capacité d'une personne. Si nous montons trop le niveau quand l'Esprit du Seigneur n'a pas encore agi, nous ne sommes pas en train d'aider ces personnes à avancer. Au contraire, nous donnons encore plus l'occasion à Satan de les accuser.

Nous ne devons pas négliger de faire remarquer les faiblesses des autres. Supposons qu'un frère a failli dans un certain domaine, mais qu'il est encore en mesure de prier, de lire la Bible et de venir aux réunions. Tant que vous avez l'assurance intérieure de pouvoir l'aider, un petit encouragement peut suffire pour le faire sortir de ses difficultés. Mais si vous n'avez pas l'assurance intérieure et que vous n'avez pas la puissance pour le relever, le fait que vous fassiez remarquer ses erreurs ne fera qu'étouffer ses prières, sa lecture de la Bible et sa vie lors des réunions. Le lumignon qui fume doit être rallumé, il ne doit pas être éteint. Le roseau cassé doit être fortifié, il ne doit pas être brisé. Nous ne devons pas faire de nous-mêmes un modèle à suivre et mettre ainsi la conscience des autres sous la condamnation. Nous devons apprendre à ne pas faire de choses qui peuvent offenser la conscience des autres.

Nous devons montrer Hébreux 10.22 à ceux qui sont sous les accusations de Satan : « Les cœurs purifiés d'une mauvaise conscience. » Avec une telle purification, notre conscience ne devrait plus être dans la culpabilité. Le principe de la vie chrétienne est une vie libérée de toute condamnation dans la conscience. Quand un chrétien se sent condamné dans sa conscience, il n'aura aucune puissance devant Dieu et il sera démoralisé et faible dans toutes les affaires spirituelles. L'objectif de Satan est de nous faire oublier ce principe. C'est la raison pour laquelle il nous accuse sans cesse. Nous devons nous saisir de ce principe en appliquant le sang. Plus Satan essaie de nous amener vers la culpabilité, plus nous devons appliquer le sang sur tous nos péchés. Les frères l'ont vaincu non pas par leur propre force, mais par le sang de l'Agneau. Nous pouvons déclarer : « Satan, je reconnais que j'ai péché. Mais j'ai été racheté par le Seigneur. Je n'ai jamais renié ma dette. Je suis effectivement endetté, mais le Seigneur a payé ma dette. » Nous n'avons pas besoin de traiter les accusations de Satan en refusant de reconnaître que nous sommes endettés. Il nous suffit de déclarer que notre dette a été payée.
D. L'œuvre de Satan dans nos circonstances

Toutes les circonstances sont arrangées par Dieu. Cependant, il y a beaucoup de choses dans notre vie qui, même si elles sont permises par Dieu, sont le résultat direct de l'œuvre active de Satan.

Prenons par exemple l'expérience de Job. Ses bœufs et ses ânes ont été volés, sa maison s'est effondrée et ses enfants ont été tués. Il s'agissait d'un travail dans l'environnement de Job. Même si ce travail était permis par Dieu, Satan était l'instigateur direct de ces attaques.

L'échec de Pierre est un autre exemple. Son reniement était partiellement due à lui et partiellement à l'attaque de Satan dans son environnement. Le Seigneur a dit : « Simon, Simon, Satan vous a réclamé, pour vous cribler comme le froment » (Lc 22.31). La chute de Pierre était le résultat direct de l'œuvre de Satan. Et pourtant elle était permise par Dieu.

L'écharde de Paul était clairement l'œuvre de Satan. Paul a dit : « Il m'a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m'empêcher de m'enorgueillir » (2 Co 12.7). C'est l'œuvre de Satan. C'est Satan qui attaque les enfants de Dieu dans leurs conditions de vie.

Un exemple encore plus clair nous est relaté dans Matthieu 8, quand le Seigneur Jésus ordonna à Ses disciples de partir de l'autre côté de la mer. Il savait qu'il fallait y chasser des démons très puissants. Après qu'ils furent montés dans la barque une grande tempête se leva soudain sur la mer et la barque fut recouverte par les eaux. Le Seigneur dormait. Les disciples s'approchèrent de Lui et Le réveillèrent en disant : « Seigneur, sauve, nous périssons ! » (v. 25). Quelques-uns des disciples étaient des pécheurs, des marins expérimentés. Toutefois, ils reconnaissaient qu'ils ne pouvaient pas faire face aux vagues et aux vents. Le Seigneur Jésus leur reprocha leur peu de foi. Puis Il se leva et Il réprimanda les vents et la mer. Les vents et la mer n'ont aucune personnalité, et pourtant le Seigneur les réprimanda, car Il savait que le diable se tenait derrière. C'est Satan qui avait agité les vents et la mer.

En conclusion, Satan n'attaque pas seulement notre corps, notre conscience et notre esprit, mais il nous attaque aussi à travers notre environnement.

Comment devons-nous réagir face aux attaques de Satan dans nos circonstances ?

Tout d'abord, nous devons nous humilier sous la main puissante de Dieu. Jacques 4 et 1 Pierre 5 nous disent de résister au diable. Ces deux passages nous disent aussi de nous humilier devant Dieu. Quand Satan nous attaque dans notre environnement, notre première réaction devrait être de nous soumettre à Dieu. Nous ne pouvons pas résister au diable si nous ne nous soumettons pas à Dieu. Notre conscience nous condamnera si nous résistons au diable sans nous soumettre à Dieu. Ainsi, notre première réaction devrait être de nous soumettre à Dieu.

Deuxièmement, nous devons résister au diable. Quand les enfants de Dieu rencontrent des choses irréalistes et inexplicables dans les circonstances de leur vie, et qu'ils ont le sentiment net en eux que ces choses constituent des attaques de Satan, ils doivent lui résister. Une fois qu'ils ont résisté, les attaques seront terminées. D'un côté, ils doivent s'humilier sous la main de Dieu. D'un autre côté, ils doivent résister à l'œuvre de Satan dans leur environnement. Quand ils s'humilient et que leur attitude devant Dieu est ferme, Dieu leur montrera que ce n'est pas Lui qui fait ces choses, mais Satan. Ainsi, ils pourront différencier l'action de Dieu de l'attaque de Satan. Une fois qu'ils auront bien compris et résisté au diable, les attaques cesseront.

Troisièmement, nous devons rejeter toute forme de peur. Satan ne peut pas œuvrer là où il n'a pas de point d'appui. Ainsi, sa première attaque sert à lui procurer un point d'entrée. Ensuite, il nous attaque à partir de ce point d'entrée. Nous ne devons lui céder aucun terrain. C'est ainsi que nous remporterons la victoire. Il existe un domaine qui peut devenir la plus grande forteresse de Satan - la peur. Quand Satan essaie de nous faire passer par des épreuves, la première chose qu'il fait est de mettre la peur en nous. Une sœur qui possédait beaucoup d'expérience a dit un jour : « La peur, c'est la carte de visite de Satan. » Une fois que vous avez accepté la peur, Satan franchit le seuil de la porte. Si vous rejetez la peur, Satan ne pourra pas entrer.

Toutes les pensées de peur sont des attaques de Satan. Assurément, vous expérimenterez tout ce dont vous avez peur. Job a dit : « Ce que je crains, c'est ce qui m'arrive ; ce que je redoute, c'est ce qui m'atteint » (Jb 3.25). Job a expérimenté tout ce qu'il craignait. Les attaques de Satan dans notre environnement nous viennent surtout sous la forme de la peur. Si vous résistez à la peur, les choses que vous redoutez ne s'accompliront pas. Si vous permettez à la peur de rester, vous donnerez à Satan la possibilité d'accomplir ces choses mêmes que vous redoutez.

Par conséquent, pour résister à l'œuvre de Satan, la première chose que les enfants de Dieu doivent faire est de rejeter la peur. Quand Satan met en vous une peur concernant telle ou telle chose, vous ne devez pas céder à cette peur. Vous devez plutôt déclarer : « Je n'accepterai jamais ce qui ne vient pas du Seigneur ! » Une fois qu'une personne est délivrée de la peur, elle est en même temps délivrée du royaume de Satan. C'est ce dont parlait Paul quand il a dit : « Ne donnez pas accès au diable » (Ép 4.27).

Pourquoi n'avons-nous pas besoin d'avoir peur ? Nous n'avons pas besoin d'avoir peur, « parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde ». Si nous sommes craintifs, c'est parce que nous méconnaissons ce fait.


II. RÉSISTER AU DIABLE PAR LA FOI

Un Pierre 5.8-9 dit : « Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme. » La Parole de Dieu montre clairement que c'est par la foi qu'il faut résister au diable. Il n'y a pas d'autre moyen. Sur quoi notre foi doit-elle reposer ? Comment devons-nous exercer notre foi à lui résister ? Considérons ce que dit la Parole de Dieu à ce sujet.
A. Croire que la manifestation du Seigneur est pour la destruction des œuvres du Diable

Premièrement, nous devons croire que le Seigneur a été manifesté afin de détruire les œuvres du diable (1 Jn 3.8). Le Fils de Dieu est venu sur la terre ; Il a été manifesté. Quand Il était sur terre, Il détruisait les œuvres du diable partout où Il allait. Souvent, l'œuvre de Satan n'était pas apparente, il se cachait derrière un phénomène naturel. Cependant, le Seigneur l'a réprimandé à chaque fois. Il est clair que c'était Satan qu'Il réprimandait en reprenant Pierre (Mt 16.22-23), en réprimandant la fièvre de la belle-mère de Pierre (Luc 4.39) ainsi que les vents et les vagues. Bien que le diable fût caché derrière divers phénomènes naturels, le Seigneur Jésus l'a réprimandé. Partout où le Seigneur allait, le pouvoir du diable était brisé. C'est pourquoi Il a dit : « Mais si c'est par l'Esprit de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc venu vers vous » (Mt 12.28). Autrement dit, partout où le Seigneur allait, Satan était chassé, et le royaume de Dieu était manifesté. Satan ne pouvait pas demeurer là où était le Seigneur. C'est pourquoi Il a dit qu'Il a été manifesté afin de détruire les œuvres du diable.

Nous devons aussi croire qu'en se manifestant sur la terre, le Seigneur a non seulement détruit les œuvres du diable, mais a aussi donné à Ses disciples l'autorité de chasser les démons en Son nom. Le Seigneur a dit : « Voici, je vous donne l'autorité de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l'ennemi » (Lc 10.19). Il a donné Son nom à l'Église pour que Son Église puisse continuer Son œuvre sur la terre après Son ascension. Le Seigneur utilisait Son autorité sur la terre pour chasser les démons. Il donne cette même autorité à l'Église.

Nous devons distinguer entre ce qu'a le diable et ce que nous avons. Le diable a de la puissance. Nous, nous avons de l'autorité. Satan n'a que de la puissance. Mais le Seigneur Jésus nous a donné de l'autorité, ce qui peut surmonter toute la puissance de Satan. La puissance ne peut pas résister face à l'autorité. Dieu nous a donné l'autorité, et Satan sera certainement vaincu.

Pour montrer comment l'autorité prévaut sur la puissance, considérons l'illustration suivante : un feu de signalisation sur une route contrôle le flux de la circulation. Quand un policier allume le feu rouge, tous les piétons et les voitures doivent s'arrêter. Personne n'a le droit de griller un feu rouge. En termes de puissance, les piétons et les voitures sont beaucoup plus puissants que le feu rouge. Cependant, aucun piéton ni aucun conducteur n'oserait passer au travers du feu rouge, en raison de la présence de l'autorité. Cet exemple montre comment l'autorité l'emporte sur la puissance.

L'autorité prévaut sur la puissance ; telle est la politique que Dieu a établie dans cet univers. Aussi grande que soit la puissance de Satan, une chose reste sure - le Seigneur Jésus a donné Son nom à l'Église. Ce nom dénote l'autorité. L'Église peut chasser les démons au nom du Seigneur. Nous pouvons invoquer le nom du Seigneur pour contrer la puissance de Satan. Grâce à Dieu, quelque puissant que soit Satan, le nom du Seigneur est infiniment plus grand. L'autorité derrière le nom du Seigneur est assez forte pour surmonter toute la puissance de Satan.

Les disciples sont sortis au nom du Seigneur. À leur retour, ils étaient surpris. Ils dirent au Seigneur: « Seigneur, les démons même nous sont assujettis en ton nom » (10.17). Le nom du Seigneur dénote l'autorité. Qu'Il nous donne Son nom signifie qu'Il nous a donné Son autorité. Le Seigneur a dit : « Voici, je vous donne l'autorité de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l'ennemi ; et rien ne vous nuira » (v. 19). Quiconque désire résister à Satan doit apprendre à voir la différence entre l'autorité du Seigneur et la puissance de Satan. Aussi grande que soit la puissance de Satan, l'autorité du Seigneur est capable de le vaincre. Nous devons croire que Dieu a donné cette autorité à l'Église. L'Église peut chasser les démons et résister au diable au nom du Seigneur Jésus.
B. Croire que la mort du Seigneur a détruit Satan

Deuxièmement, nous devons croire que par la mort, le Seigneur Jésus a détruit celui qui avait le pouvoir de la mort, c'est-à-dire le diable (Hé 2.14). La manifestation du Seigneur Jésus a détruit les œuvres du diable, et la mort du Seigneur Jésus a détruit le diable lui-même.

La mort du Seigneur constitue la plus grande défaite pour le diable, parce que la mort du Seigneur était non seulement une punition, mais aussi un moyen de salut. Dans Genèse 2.17 Dieu parle de la mort : « Car, au jour que tu en mangeras, tu mourras certainement. » Cette mort-là est une punition. Satan a pris plaisir à cette parole. Comme l'homme mourrait s'il mangeait du fruit, Satan s'est efforcé de séduire l'homme pour l'en faire manger, en sorte que la mort règne en l'homme, et qu'il puisse proclamer la victoire. Cependant, la mort du Seigneur constitue le plus grand moyen de salut. Il est vrai que Dieu a dit : « Car, au jour que tu en mangeras, tu mourras certainement. » Cette mort, c'est une punition. Mais le Seigneur a une autre mort. La seconde mort est une voie de salut. La mort peut punir ceux qui pèchent. La mort peut aussi sauver et libérer ceux qui sont dans le péché. Satan pensait que la mort ne pouvait que punir le pécheur. Il s'est saisi de cette idée, et il a régné par la mort de l'homme. Cependant, Dieu sauve et libère l'homme du péché par la mort du Seigneur Jésus. C'est là l'aspect le plus profond de l'évangile.

La mort du Seigneur sur la croix ôte non seulement notre péché, mais aussi toute l'ancienne création. Notre vieil homme a été crucifié avec lui. Bien que Satan règne par la mort, plus il règne par la mort, plus son sort s'aggrave, puisque son règne s'arrête à la mort. Puisque nous sommes déjà morts, la mort ne peut plus nous faire de mal. Elle n'a plus de règne sur nous.

« Car, au jour que tu en mangeras, tu mourras certainement. » Dieu a dit cela afin que l'homme ne mange pas du fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Mais l'homme en a mangé et il a péché. Que reste-t-il donc à faire ? Le résultat du péché, c'est la mort ; il n'y a pas moyen de changer cela. Cependant, il y a une voie vers le salut, une voie qui passe par la mort. Quand le Seigneur Jésus a été crucifié à la croix pour nous, l'ancienne création et le vieil homme ont tous deux été crucifiés avec Lui. Cela signifie que l'autorité de Satan ne peut aller que jusqu'à la mort. Les Écritures disent : « Afin que, par la mort, il rendît impuissant celui qui avait le pouvoir de la mort c'est-à-dire le diable » (Hé 2.14).

Grâces et louanges à Dieu ! Nous sommes ceux qui sont déjà morts. Si Satan nous attaque, nous pouvons lui répondre : « Je suis déjà mort ! » Il n'a pas d'autorité sur nous parce que nous sommes déjà morts. Son autorité s'arrête à la mort.

Notre crucifixion avec Christ est un fait accompli ; c'est Dieu qui l'a fait. La Bible ne dit pas que notre mort avec le Seigneur appartient au futur. Ce n'est pas une expérience que nous espérons atteindre un jour. La Bible ne nous dit pas de rechercher la mort. Elle nous montre que nous sommes déjà morts. Aussi longtemps qu'on recherche la mort, on n'est pas mort. Cependant, notre mort avec Christ est un don de Dieu au même titre que Sa mort pour nous. Si un homme cherche encore la crucifixion, il se tient dans la chair, et Satan a le plein pouvoir sur ceux qui se tiennent dans la chair. Nous devons croire à la mort du Seigneur. Nous devons aussi croire à notre propre mort. De même que nous avons cru à la mort du Seigneur pour nous, nous devons aussi croire à notre mort en Lui. Les deux sont des actes de foi, et ni l'un ni l'autre ne résultent d'un effort humain. Dès que nous nous efforçons d'accomplir ces faits, nous nous exposons à l'attaque de Satan. Nous devons nous saisir des faits accomplis, et déclarer : « Grâces et louange à Dieu, je suis déjà mort ! »

Nous devons voir que, aux yeux de Dieu, notre mort avec Christ est un fait accompli. Une fois que nous comprenons cela, Satan ne peut plus rien faire de nous. Satan ne peut atteindre que ceux qui ne sont pas morts. Il ne peut diriger que ceux qui sont face à la mort et qui se dirigent vers la mort. Mais nous, nous ne sommes plus face à la mort, nous sommes déjà morts. Satan ne peut plus rien faire de nous.

Afin de résister à Satan, nous devons nous rendre compte que la manifestation du Seigneur était une manifestation d'autorité, et l'œuvre de la croix a libéré tous ceux qui sont sous la main de Satan qui n'a plus d'autorité sur nous. Nous sommes au-dessus de lui. Nous sommes ceux qui sont déjà morts, et il ne peut plus rien faire.
C. Croire que la résurrection du Seigneur a fait honte à Satan

Troisièmement, nous devons croire que la résurrection du Seigneur a fait honte à Satan qui n'a plus aucun moyen pour nous attaquer.

Colossiens 2.12 nous dit : « Ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l'a ressuscité des morts. » Ce verset nous parle de mort et de résurrection. Le verset 13 nous dit que nous sommes morts et ressuscités ; le verset 14 nous dit ce que le Seigneur a fait au moment de Sa mort et le verset 15 nous dit que le Seigneur a dépouillé les dominations et les autorités et « les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix ». Le verset 20 nous dit : « Si vous êtes morts avec Christ » et 3.1 dit : « Si donc vous êtes ressuscités avec Christ. » Ces versets commencent par la résurrection et ils terminent par la résurrection, et les versets entre les deux nous parlent de triomphe par la croix. Nous nous tenons dans la position de résurrection et nous triomphons dans la croix.

Comment pouvons-nous faire cela ? La déclaration que nous avons faite précédemment fournit l'explication : le Seigneur est mort, et nous sommes également morts avec Lui. Satan, qui possède la domination sur le vieil homme, ne peut nous suivre que jusqu'à la croix. La résurrection se place au-delà de son rang d'action. De la même façon que Satan n'avait rien dans le Seigneur Jésus pendant qu'Il était sur la terre (Jn 14.30), de même il n'a rien en Lui dans la résurrection. Satan n'a aucune place dans la nouvelle vie. Il n'a aucune autorité du tout dans la nouvelle vie et ne peut pas toucher notre nouvelle vie !

Quand le Seigneur était pendu sur la croix, c'était comme si des myriades de démons l'entouraient. Ils pensaient pouvoir détruire le Fils de Dieu. Cela aurait été leur plus grande victoire. Ils n'avaient aucune idée que le Seigneur Jésus allait entrer dans la mort, ressortir de la mort et vaincre l'autorité de la mort ! Voici la réalité glorieuse : le Seigneur est sorti de la mort. Nous avons donc la hardiesse et la confiance de déclarer que la vie de Dieu est bien capable d'éliminer la mort.

Qu'est-ce que la vie de résurrection ? La vie de résurrection est une vie qui ne peut pas être touchée par la mort. C'est une vie qui transcende la mort, qui est au-delà de la frontière de la mort, qui jaillit de la mort et que la mort ne peut pas retenir. La puissance de Satan ne s'étend que jusqu'à la mort. Par Sa résurrection, le Seigneur Jésus a prouvé combien Sa vie était puissante. Il a démantelé le pouvoir de Satan. La Bible appelle cette puissance « la puissance de Sa résurrection » (Ph 3.10). Quand la puissance de résurrection est exprimée à travers nous, tout ce qui est de Satan est réduit à néant.

Nous pouvons résister au diable parce que notre vie est une vie de résurrection. Cette vie n'a rien à voir avec Satan. Notre vie est issue de la vie de Dieu, c'est une vie qui sort de la mort. La puissance de Satan ne se prolonge pas au-delà de la mort. Quoiqu'il nous fasse, il ne peut agir que de ce côté-ci de la mort. Mais notre vie a traversé la mort. Nous possédons une vie qu'il ne peut pas toucher. Nous nous tenons sur le terrain de la résurrection, et nous regardons triomphants à travers la croix. C'est un chapitre qui nous parle de la résurrection, non de la mort. Nous ne triomphons pas dans la mort à travers la résurrection ; mais plutôt, nous triomphons dans la résurrection à travers la mort.

Afin de pouvoir résister à Satan, tout enfant de Dieu doit déclarer avec une foi ferme : « Merci Seigneur, je suis ressuscité ! Satan, que peux-tu faire ? Ce que tu peux faire ne peut pas aller au-delà de la mort. Mais la vie que j'ai aujourd'hui n'a rien à voir avec toi ! Tu as déjà éprouvé cette vie. Que peux-tu faire de plus ? Tu es impuissant ! Cette vie te transcende ! Satan, va-t'en ! »

Nous ne pouvons pas résister à Satan sur la base de l'espérance. Nous ne pouvons que nous tenir sur le terrain de la résurrection, le terrain du Seigneur. C'est ici un principe de base. Colossiens 2.12, nous dit que nous devons croire dans « l'opération de Dieu, qui L'a ressuscité des morts ».

Nous devons prendre la même position devant Satan que devant Dieu. La Bible nous dit de venir devant Dieu revêtus de la robe de justice (És 61.1

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

 



Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs
 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×