Le Secret Admirable du Très Saint-Rosaire, du Père Grignion de Montfort 5

138. Si vous voulez, cher confrère, vivre à la mode, et vous damner à la mode, c'est-à-dire de temps en temps tomber dans le péché mortel, et puis aller à confesse, éviter les péchés grossiers et criants, et conserver les honnêtes, il n'est pas nécessaire que vous fassiez tant de prières, que vous disiez tant de Rosaires; une petite prière le matin et le soir, quelques chapelets donnés en pénitences, quelques dizaines d'Ave Maria sur un chapelet à la cavalière, quand la fantaisie vous en prend, il n'en faut pas davantage pour vivre en honnête homme. Si vous en faisiez moins, vous approcheriez du libertinage; si vous en faites plus, vous approcheriez de la singularité et de la bigoterie.

139. Mais si, comme un vrai chrétien qui veut se sauver en vérité et marcher sur les traces des saints, vous voulez ne point tomber du tout en péché mortel, rompre tous les pièges et eteindre tous les traits enflammés du diable, il faut que vous priiez toujours comme a enseigné et ordonné Jésus-Christ. Ainsi, il faut pour le moins que vous disiez votre Rosaire tous les jours ou quelques prières équivalents. Je dis encore pour le moins, car ce sera tout ce que vous pourrez faire avec votre Rosaire, tous les jours, que d'éviter tous les péchés mortels et de vaincre toutes les tentations, au milieu des torrents d'iniquité du monde, qui emportent souvent les plus assurés; au milieu des ténèbres épaisses qui aveuglent souvent les plus éclairés, au milieu des esprits malins qui, étant plus expérimentés que jamais, et ayant moins de temps à tenter, tentent avec plus de finesse et de succès. Oh! quelle merveille de la grâce du saint Rosaire, si vous échappez au monde, au diable et à la chair et au péché et vous sauvez dans le ciel!

140. Si vous ne voulez pas croire ce que j'avance, croyez-en votre propre expérience. Je vous demande si, lorsque vous ne faisiez qu'un peu de prières qu'on fait dans le monde, et de la manière dont on les fait ordinairement, vous pouviez vous empêcher de faire de lourdes fautes et des péchés griefs qui ne vous paraissaient légers que par votre aveuglement. Ouvrez donc les yeux, et pour vivre et mourir en saint sans péché, du moins mortel, priez toujours; récitez tous les jours votre Rosaire, comme tous les confrères faisaient autrefois dans l'établissement de la confrérie (voir à la fin de ce livre la preuve de ce que j'avance). La sainte Vierge le donnant à saint Dominique lui ordonna de le dire et faire dire tous les jours; aussi le saint ne recevait-il personne dans la confrérie qui ne fût dans la résolution de le dire tous les jours. Si, à présent, on ne demande dans la confrérie du Rosaire ordinaire que la récitation d'un Rosaire par semaine, c'est parce que la ferveur s'est ralentie, la charité s'est refroidie. On tire ce qu'on peut d'un mauvais prieur. Non fuit ab initio sic. Il faut ici remarquer trois choses.

141. La première que si vous vou lez vous enrôler dans la confrérie du Rosaire quotidien et participer aux prières et mérites de qui y sont, il ne suffit pas d'être enrôlé dans la confrérie du Rosaire ordinaire, ou de prendre seulement la résolution de réciter son Rosaire tous les jours. Il faut de plus donner son nom à ceux qui ont le pouvoir d'enrôler. Il est bon de se confesser et communier à cette intention; la raison de ceci est que le Rosaire ordinaire ne renferme pas le quotidien, mais le Rosaire quotidien renferme le Rosaire ordinaire. La seconde chose à remarquer est qu'il n'y a, absolument parlant, aucun péché, même véniel, à manquer de réciter le Rosaire de tous les jours, ni de toutes les semaines, ni de tous les ans. La troisième, c'est que lorsque la maladie ou une obéissance légitime, ou la nécessité, ou l'oubli involontaire, sont cause que vous ne pouvez pas réciter votre Rosaire, vous ne laissez pas d'en avoir le mérite et vous ne perdez pas la participation aux Rosaires des autres confrères; ainsi il n'est pas absolument nécessaire que le jour suivant vous récitiez deux Rosaires, pour suplléer à un que vous avez manqué sans votre faute, comme je suppose. Si cependant la maladie ne vous permet de réciter qu'une partie de votre Rosaire, vous la devez réciter. Beati qui stant coram te semper. Beati qui habitant in domo tua, Domine, in saecula saeculorum laudabunt te. Bienheureux, Seigneur Jésus, les confrères du Rosaire quotidien qui, tous les jours, sont autour et dans votre petite maison de Nazareth, autour de votre croix sur le Calvaire, et autour de votre trône dans les cieux, pour méditer et contempler vos mystères joyeux, douloureux et glorieux. Oh! qu'ils sont heureux sur la terre par les grâces spéciales que vous leur communiquerez, et qu'ils seront bienheureux dans le ciel où ils vous loueront d'une manière spéciale dans les siècles des siècles.

142. Secondement, il faut réciter le Rosaire avec foi, selon les paroles de Jésus-Christ: Credite quia accipietis et fiet vobis. Croyez que vous recevrez de Dieu ce que vous lui demandez, et il vous exaucera. Il vous dira: Sicut credidisti, fiat tibi: Qu'il vous soit fait comme vous avez cru. Si quis indiget sapientiam, postulet a Deo; postulet autem in fide nihil haesitans (Jc 1,6): Si quelqu'un a besoin de la sagesse, qu'il la demande à Dieu, avec foi, sans hésiter, en récitant son Rosaire, et elle lui sera donnée.

143. Troisièmement, il faut prier avec humilité, comme le publicain; il était à deux genoux à terre, et non un genou en l'air ou sur un banc comme les orgueilleux mondains; il était au bas de l'église et non dans le sanctuaire comme le pharisien; il avait les yeux baissés vers la terre, n'osant regarder le ciel, et non la tête levée regardant çà et là comme le pharisien; il frappait sa poitrine, se confessant pécheur et demandant pardon: Propitius este mihi peccatori (Luc 18,13) et non pas comme le pharisien, qui méprisait les autres dans ses prières. Gardez-vous de l'orgueilleuse prière du pharisien qui le rendit plus endurci et plus maudit; mais imitez l'humilité du publicain dans sa prière qui lui obtient la rémission de ses péchés. Prenez bien garde de donner dans l'extraordinaire et de demander et de désirer même des connaissances extraordinaires, des visions, des révélations et autres grâces miraculeuses que Dieu quelquefois a communiquées à quelques saints dans la récitation de leur chapelet et Rosaire. "Sola fides sufficit": la foi seule suffit présentement que l'Evangile et toutes les dévotions et pratiques de piété sont suffisamment établis. N'omettez jamais la moindre partie de votre Rosaire dans vos sécheresses, dégoûts et délaissement intérieurs; ce serait une marque d'orgueil et d'infidélité; mais comme un brave champion de Jésus et Marie, sans rien voir, sentir, ni goûter, dites tout sèchement votre Pater et Ave, en regardant le mieux que vous pourrez les mystères. Ne désirez point le bonbon et les confitures des enfants pour manger votre pain quotidien; mais pour imiter Jésus- Christ plus parfaitement dans son agonie, prolongez quelquefois votre Rosaire, lorsque vous sentirez plus de peine à le réciter: "Factus in agonia prolixius orabat" (Lc 22,43), afin qu'on puisse dire de vous ce qui est dit de Jésus-Christ, lorsqu'il était dans l'agonie de la prière: Il priait encore plus longtemps.

144. Quatrièmement, priez avec beaucoup de confiance, laquelle est fondée sur la bonté et libéralité infinies de Dieu et sur les promesses de Jésus-Christ. Dieu est une source d'eau vive qui coule incessamment dans le coeur de ceux qui prient. Jésus-Christ est la mamelle du Père éternel toute pleine du lait de la grâce et de la vérité. Le plus grand désir qu'ait le Père éternel à notre égard, c'est de nous communiquer les eaux salutaires de sa grâce et de sa miséricorde, et il crie: "Omnes sitientes venite ad aquas" (Is 55): Venez boire de mes eaux par la prière, et quand on ne le prie pas il se plaint de ce qu'on l'abandonne: "Me dereliquerunt fontem aquae vivae" (Jr 2,13). C'est faire plaisir à Jésus-Christ de lui demander ses grâces et plus grand plaisir qu'on ne ferait à une mère nourrice, dont les mamelles sont toutes pleines, en lui suçant son lait. La prière est le canal de la grâce de Dieu et le tétin des mamelles de Jésus-Christ. Si on ne les suce pas par la prière comme doivent faire tous les enfants de Dieu, il s'en plaint amoureusement: "Usque modo non petistis quidquam, petite et accipietis, quaerite et invenietis, pulsate et aperietur vobis" (Mt 7,7). Jusqu'à ici vous ne m'avez rien demandé. Ah! demandez-moi et je vous donnerai, cherchez chez moi et vous trouverez; frappez à ma porte et je vous l'ouvrirai. De plus, pour nous donner encore plus de confiance à le prier, il a engagé sa parole: que le Père éternel nous accorderait tout ce que nous lui demanderions en son nom.

48 Rose 145. Mais à notre confiance joignons, en cinquième lieu, la persévérance dans la prière. Il n'y aura que celui qui persévérera à demander, à chercher et à frapper, qui recevra, qui trouvera et qui entrera. Il ne suffit pas de demander quelques grâces à Dieu pendant un mois, un an, dix ans, vingt ans; il ne faut point s'ennuyer, et non deficere, il faut la demander jusqu'à la mort et être résolu ou à obtenir ce qu'on lui demande pour son salut ou à mourir, et mêne il faut joindre la mort avec la persévérance dans la prière et la confiance en Dieu et dire: Etiam si occident me, sperabo in eum: Quand il devrait me tuer, j'espérerais en lui et de lui ce que je lui demande.

146. La libéralité des grands et riches du monde paraît à prévenir par leurs bienfaits ceux qui en ont besoin, avant même qu'ils les leur demandent; mais Dieu, tout au contraire, montre sa magnificence à faire longtemps chercher et demander les grâces qu'il veut accorder, et plus la grâce qu'il veut faire est précieuse et plus longtemps il diffère del'accorder: 1 Afin, par là, de l'augmenter encore davantage; 2 Afin que la personne qui la recevra en ait une grande estime; 3 Afin qu'elle se donne de garde de la perdre après l'avoir reçue; car on n'estime pas beaucoup ce qu'on obtient en un moment et à peu de frais. Persévérez donc, mon cher confrère du Rosaire, à demander à Dieu par le saint Rosaire tous vos besoins spirituels et corporels et particulièrement la divine Sagesse qui est un trésor infini: Thesaurus est infinitus (Sg 7,14), et vous l'obtiendrez tôt ou tard infailliblement, pourvu que vous ne le quittiez point et que vous ne perdiez point courage au milieu de votre course. Grandis enim tibi restat via (3 Rg 19). Car vous avez encore beaucoup de chemin à faire, beaucoup de mauvais temps à essuyer, beaucoup de difficultés à surmonter, beaucoup d'ennemis à terrasser, avant que vous ayez assez amassé de trésors de l'éternité, des Pater et Ave pour acheter le paradis et gagner la belle couronne qui attend un fidèle confrère du Rosaire. Nemo accipiat coronam tuam: Prenez garde qu'un autre, plus fidèle que vous à dire son Rosaire tous les jours, ne vous l'enlève: Coronam tuam: elle était vôtre, Dieu vous l'avait préparée, elle était vôtre, vous l'aviez déjà demi gagnée par vos Rosaires bien dits, et parce que vous vous êtes arrêté en si beau chemin où vous courriez si bien, currebatis bene (Gal 5,7). Un autre, qui vous a devancé, y est arrivé le premier; un autre plus diligent et plus fidèle a acquis et payé, par ses Rosaires et bonnes oeuvres, ce qui était nécessaire pour avoir cette couronne. Quid vos impedivit? (Gal 5,7): Qui est-ce qui vous a empêché d'avoir la couronne du saint Rosaire? Hélas! les ennemis du saint Rosaire, qui sont en si grand nombre.

147. Croyez-moi, il n'y a que les violents qui la ravissent de force: Violenti rapiunt (Mt 11,12). Ces couronnes ne sont pas pour ces timides qui craignent les railleries et les menaces du monde. Ces couronnes ne sont pas pour ces paresseux et fainéants, qui ne disent leur Rosaire qu'avec négligence, ou à la hâte, ou par manière d'acquit, ou par intervalle, selon leur fantaisie. Ces couronnes ne sont pas pour ces poltrons qui perdent coeur et mettent les armes bas, quand ils voient tout l'enfer déchaîné contre leur Rosaire. Si vous voulez, cher confrère du Rosaire, entreprendre de rendre service à Jésus et Marie en récitant le Rosaire tous les jours, préparez votre âme à la tentation: Accedens ad servitutem Dei, praepara animam tuam ad tentationem (Si 2,1).Les hérétiques, les libertins, les honnêtes gens du monde, les demi-dévots et faux prophètes, de concert avec votre nature corrompue et tout l'enfer, vous livreront de terribles combats, pour vous faire quitter cette pratique.

148. Pour vous prémunir contre les attaques, non pas tant des hérétiques et des libertins déclarés que des honnêtes gens selon le monde, et des personnes même dévotes à qui cette pratique ne revient pas, je veux vous rapporter ici simplement une petite partie de ce qu'ils pensent et disent tous les jours. Quid vult seminiverbius ille? Venite, opprimamus eum, contrarius est enim, etc.: Que veut dire ce grand diseur de chapelets et de Rosaires, qu'est-ce qu'il marmotte toujours? quelle fainéantise! il ne fait rien autre chose que chapeleter, il ferait bien mieux de travailler, sans s'amuser à tant de bigoteries. Vraiment oui!.... Il ne faut que dire son Rosaire, et les alouettes toutes rôties tomberont du ciel; le Rosaire nous apportera bien de quoi dîner. Le bon Dieu dit: Aide-toi, je t'aiderai. Pourquoi aller s'embarrasser de tant de prières? Brevis oratio penetrat coelos; un Pater et un Ave bien dits suffisent. Le bon Dieu ne nous a point commandé le chapelet ni le Rosaire; cela est bon, c'est une bonne chose quand on a le temps, mais on n'en sera pas moins sauvé pour cela. Combien de saints qui ne l'ont jamais dit? Il y a des gens qui jugent tout le monde à leur aune, il y a des indiscrets qui portent tout à l'extrémité, il y a des scrupuleux qui mettent du péché où il n'y en a point, ils disent que tous ceux qui ne diront pas leur Rosaire seront damnés. Dire son chapelet, cela est bon pour les femmelettes, ignorantes, qui ne savent pas lire. Dire son Rosaire? Vaut-il pas mieux dire l'Office de la sainte Vierge ou réciter les sept psaumes? Y a-t-il rien de si beau que ces psaumes que le Saint-Esprit a dictés? Vous entreprenez de dire votre Rosaire tous les jours; feu de paille que tout cela, cela ne durera pas longtemps; ne vaut-il pas mieux en prendre moins et y être plus fidèle? Allez, mon cher ami, croyez-moi, faites bien votre prière soir et matin et travaillez pour Dieu pendant la journée, Dieu ne vous demande pas davantage. Si vous n'aviez pas, comme vous avez, votre vie à gagner, encore passe, vous pourriez vous engager à dire votre Rosaire; vous pouvez le dire les dimanches et fêtes à votre loisir, mais non pas les jours ouvriers, il vous faut travailler. Quoi! avoir un si grand chapelet de bonne femme! J'en ai vu d'une dizaine, il vaut autant qu'un de quinze dizaines. Quoi! porter le chapelet à la ceinture, quelle bigoterie; je vous conseille de le mettre à votre cou, comme font les Espagnols; ce sont de grands diseurs de chapelets, ils portent un grand chapelet d'une main, tandis qu'ils ont dans l'autre une dague pour donner un coup de traître. Laissez là, laissez là ces dévotions extérieures, la vraie dévotion est dans le coeur, etc.

149. Plusieurs habiles gens et grands docteurs, mais esprits forts et orgueilleux, ne vous conseilleront guère le saint Rosaire; ils vous porteront plutôt à réciter les sept psaumes pénitentiaux ou quelques autres prières que celle-là. Si quelque bon confesseur vous a donné en pénitence un Rosaire à dire pendant quinze jours ou un mois, vous n'avez qu'à aller à confesse à quelqu'un de ces messieurs, pour que votre pénitence vous soit changée en quelques autres prières, jeûnes, messes ou aumônes. Si vous consultez même quelques personnes d'oraison, qu'il y a dans le monde, comme elles ne connaissent point par leur expérience l'excellence du Rosaire, non seulement elles ne le conseillerons pas à personne, mais elles en détourneront les autres pour les appliquer à la contemplation, comme si le Rosaire et la contemplation étaient incompatibles, comme si tant de saints qui ont été dévots au Rosaire n'avaient pas été dans la plus sublime contemplation. Vos ennemis domestiques vous attaqueront d'autant plus cruellement que vous êtes plus uni avec eux. Je veux dire les puissances de votre âme et les sens de votre corps, les distractions de l'esprit, les ennuis de la volonté, les sécheresses du coeur, les accablements et les maladies du corps, tout cela, de concert avec les malins esprits qui s'y mêleront, vous crieront: Quitte ton Rosaire, c'est lui qui te fait mal à la tête; quitte ton Rosaire, il n'y a point d'obligation sous peine de péché; n'en dis du moins qu'une partie, tes peines sont une marque que Dieu ne veut pas que tu le dises, tu le diras demain quand tu seras mieux disposé, etc.

150. Enfin, mon cher frère, le Rosaire quotidien a tant d'ennemis que je regarde comme une des plus signalées faveurs de Dieu que la grâce d'y persévérer jusqu'à la mort. Persévérez-y et vous aurez la couronne admirable qui est préparée dans les cieux à votre fidélité: Esto fidelis usque ad mortem et dabo tibi coronam (Ap 2,10).

49e Rose 151. Afin qu'en récitant votre Rosaire vous gagniez les indulgences accordées aux confrères du saint Rosaire, il est à propos de faire quelques remarques sur les indulgences. L'indulgence en général est une rémission ou relaxation des peines temporelles, dues pour les péchés actuels, par l'application des satisfactions surabondantes de Jésus-Christ, de la sainte Vierge et de tous les saints, qui sont renfermées dans les trésors de l'Eglise. L'indulgence plénière est une rémission de toutes les peines dues au péché; la non plénière, comme de 100, 1.000 [ans], plus ou moins, est la rémission d'autant de peines, qu'on aurait pu expier pendant cent ou mille années, si l'on avait reçu aussi longtemps à proportion des pénitences taxées par les anciens canons de l'Eglise. Or ces canons ordonnaient pour un seul péché mortel sept et quelquefois dix et quinze ans de pénitence, en sorte qu'une personne qui aurait fait vingt péchés mortels devait pour le moins faire sept, vingt années de pénitence, et ainsi du reste.

152. Pour que les confrères du Rosaire en gagnent les indulgences, il faut: premièrement qu'ils soient vraiment pénitents et confessés et communiés, comme disent les bulles des indulgences; deuxièmement qu'ils n'aient affection à aucun péché véniel, parce que l'affection au péché restant, la coulpe reste, et la coulpe restant, la peine n'est point remise; troisièmement il faut qu'ils fassent les prières et autres bonnes oeuvres marquées par la bulle; et si, selon l'intention des papes, on peut gagner une indulgence non plénière, par exemple de 100 ans, sans gagner la plénière, il n'est pas toujours nécessaire pour les gagner d'être confessé et communié, comme sont les indulgences attachées à la récitation du chapelet et Rosaire, aux processions, aux rosaires bénits, etc. Ne négligez pas ces indulgences.

153. Flammin et un grand nombre d'auteurs rapportent qu'une demoiselle de bon lieu nommée Alexandre, ayant été miraculeusement convertie et enrôlée dans la confrérie du Rosaire par saint Dominique, lui apparut après sa mort et lui dit qu'elle était condamnée à être sept cents ans en purgatoire pour plusieurs péchés qu'elle avait commis et fait commettre à plusieurs par ses vanités mondaines, le priant de la soulager et faire soulager par les prières des confrères du Rosaire, ce qu'il fit. Quinze jours après, elle apparut à saint Dominique, plus brillante qu'un soleil, ayant été délivrée si promptement par les prières que les confrères du Rosaire avaient faites pour elle. Elle avertit aussi le saint qu'elle venait de la part des âmes du Purgatoire, pour l'exhorter à continuer à prêcher le Rosaire et faire en sorte que leurs parents leur fassent part de leurs Rosaires, dont elles les recompenseraient abondamment quand elles seraient avancées dans la gloire.

154. Afin de vous faciliter l'exercice du saint Rosaire, voici plusieurs méthodes pour le réciter saintement, avec la méditation des mystères joyeux, douloureux et glorieux de Jésus et de Marie. Vous vous arrêterez à celle qui sera le plus à votre goût: vous pourrez vous en former vous-même une autre méthode particulière, comme plusieurs saints personnages ont fait.

 

6 votes. Moyenne 3.67 sur 5.

Commentaires (2)

1. Victorine 04/04/2012

je rend gloire à Jésus et à Marie mère de Jésus de m'avoir conjure sur ce site pour que je puisse y découvrir les merveilles du rosaire.

2. modestine 02/04/2012

je glorifie le seigneur de m'avoir conduit dans ce site pour puisse le merveille du rosaire, mois je suis une jeune femme marier depuis 4ans et demis, et je n'est jamais eu la grâce d'avoir des enfants, pas même un seul, ma mère est mariale et elle participe activement a vulgariser le message sur le merveille du rosaire, et mois et mon mari elle nous implore de faire de notre pierre de demande des enfants la prière du rosaire, mes frère et sœur qui la demande même de ne pas faire de longue prière, mais elle reste convecue que le rosaire est une bonne Pierre d'adoration, de supplication, de contemplation qu'elle n'a jamais vue.je suis aussi convecue et je vais commencer a l'encourager et encourager mes frère et sœur. par la miséricorde divine nous y arriverons.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

www.meilleurduweb.com : Classement des meilleurs sites Web.

 


compteur de visite html

Rubrique Blog religion Spiritualité Chrétienne Annuaire Encyclopédique Chrétien du Web

 

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site